Forever&Always


 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Entre ciel et mer... L'oiseau et le Pirate. ( Andréas & Ren )

Aller en bas 
AuteurMessage
F&A
Admin
avatar

Nombre de messages : 65
Localisation : Dans les airs
Date d'inscription : 03/12/2008

MessageSujet: Entre ciel et mer... L'oiseau et le Pirate. ( Andréas & Ren )   Ven 12 Déc - 20:26

Un oiseau vole, un aigle se doit de voler, et pourtant à l'ombre des arbres je ne bouge pas.
Je suis assis sur le sol, ma cape, qui n'a aucune utilité ici, cache mes plumes.
Et pourtant, moi qui me veux humain, je ressens comme si j'étais un rapace.
Oubliant mes souffrances intérieures, je regarde celle qui est extérieure.
Ma main est coupé, synonyme d'un bout de bois qui à voulu me résister.

Et sous mes yeux le spectacle commence enfin.
Toutes les étapes de la cicatrisation se déroulent devant moi.
Je ferme mon point, et lorsque je le réouvre, je n'ai plus rien, une nouvelle cicatrice, qui s'estompera dans une heure.
Cette démonstration de mon inhumanité me fais sourire.
Je suis ni humain, ni oiseau, je suis moi.

Un bruit, un pas lent, je reconnais la créature qui s'approche.
Encore plus éloigné que moi de l'humanité.
Cette chose n'est autre qu'un zombie.
Un mort qui va venir crier qu'il veux me tuer.
Et comme à tout les autres, je lui répondrais, Le principe de l'immortalité est de ne jamais mourir.

Je hais cette race, et leur morte vivante blonde, elle m'a pris un fils, elle paiera pour ça.
Je ne suis pas quelqu'un de mauvais, pourtant, mais leur race n'a pas lieu d'être.
J'en finirais avec vous, quand j'en saurais un peu plus.
Je ne prendrais plus le risque de voir un des miens devenir un des leurs.

Mais qu'importe, qu'il s'approche le ou la Spellain.
Au moins tu auras le mérite de m'avoir amuser aujourd'hui.
Viens à moi charogne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andréas Spellain

avatar

Nombre de messages : 90
Date d'inscription : 30/10/2008

MessageSujet: Re: Entre ciel et mer... L'oiseau et le Pirate. ( Andréas & Ren )   Sam 13 Déc - 11:00

Accroupi derrière un talut, je m'apprêtai à bondir, attendant l'instant où le petit animal serait à ma merci. Chasser sans Sidonie avec quand même l'intérêt majeur de durer plus longtemps et donc de me distraire avec plus d'efficacité.
3... 2... 1... GO!
Dans un geste félin, mes jambes s'allongèrent et je me jetai sur les trois castors insouciants. Mes dents acérées transpercèrent la fourrure chaude du premier animal, tandis que je retenais les deux autres. Ils avaient tous les deux compris que leur fin était proche. Le sang circulait plus vite dans leur veines.
Quel fascinant spectacle qu'un animal dont l'instinct lui fait comprendre que c'est terminé. Nous étions tellement semblables au fond. Basés sur nos instincts. Des animaux pensants. des prédateurs intelligents. L'espèce animale la plus dangereuse qui existait.
Mon repas fini, je laissais tomber les castors à terre.
Rassasié, je décidai de rentrer.
Marchant doucement dans la forêt j'entendis alors des pensées. Ooooh! Je souris d'anticipation. Le grand Ren Yswan, assis par terre, en train de ruminer de sombres pensées.
Je souris, il m'avait entendu.

- L'inhumanité est une question bien relative... Le sang qui coule dans tes veines ne te rend pas forcemment plus humain que nous, Yswan.
Lançai-je en réponse à ses pensées.

Je ris, j'étais sûrement plus humain depuis que j'étais un vampire que lorsque j'étais mortel. Et pourtant, maintenant, j'étais un animal. Un animal plus humain qu'un homme.
Et lui, l'oiseau, parlait d'humanité?
Je ne le saluais pas, pas la peine, il avait déjà commencé la confrontation dans sa tête sans savoir que je l'entendais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
F&A
Admin
avatar

Nombre de messages : 65
Localisation : Dans les airs
Date d'inscription : 03/12/2008

MessageSujet: Re: Entre ciel et mer... L'oiseau et le Pirate. ( Andréas & Ren )   Sam 13 Déc - 22:37

Un homme se tient devant moi. Souriant.
Le fou, ne croit pas que tu me tueras, tu n'as même pas idée de ce que ça représente.
Ma mort et celle des miens. Tu ne sauras jamais. Crois moi.
Ravale ton sourire, gamin, je suis royal, un aigle royal.
Toi tu es une souris sur mon passage.
Petit, petit, viens faire joue joue avec papa. Stupide vampire.

- L'inhumanité est une question bien relative... Le sang qui coule dans tes veines ne te rend pas forcement plus humain que nous, Yswan.

Je ne sais si c'est sa phrase, ou le fait de l'avoir appelé vampire en pensée qui me fait sourire.
Mais qu'importe, je souris, et de plus ouvertement devant les yeux de cette bête qui de toute évidence, me devine.

Je porte ma main à mon cœur. Il bat, toujours, il battra toujours.
Alors comme ça l'idiot me devine, me lis, bien cela risque d'être amusant.
Comme je regrette que mon pouvoir n'atteigne pas son mental, l'amusant aurait été plus grand.
Qu'importe, celui ci me convient tout autant.

Je le regarde, il semble aussi enjoué que moi.
Bien, que le partie commence jolie bestiole.
Ta chute sera plaisante à voir crois moi.
Et si je ne te tue pas ce soir, nous nous reverrons bientôt.

Notre guerre n'en ai qu'a son commencement quand on y réfléchis.
Nous avions notre monde, une ile, notre vie, éternelle, donc oui la guerre était jeune, quand on y pensait.
Et faire durer le plaisir est toujours un contentement.
Je sais de quoi je parle, lorsque je vole, même si je me hais d'être un oiseau, je ressens un bonheur qui ne sera jamais égalé.
Inhumain à souhaits, j'aime quand même quand mon côté animal ressort.

_Le sang peut être pas, mais mon cœur oui, dis moi, depuis quand le tien ne bat plus ? Bestiole.

J'aurais pu c'est vrai, l'appeler Spellain, j'aurais pu lui donner un peu de respect.
Oui, j'aurais pu. Mais je ne l'ai pas fais.
Cette chose n'est autre qu'une bête, à mes yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andréas Spellain

avatar

Nombre de messages : 90
Date d'inscription : 30/10/2008

MessageSujet: Re: Entre ciel et mer... L'oiseau et le Pirate. ( Andréas & Ren )   Mer 17 Déc - 11:20

    Je regardais l'oisillon porter la main à son coeur en me jurant ma perte.
    Et bien petit oiseau, si tu le dis. Tue-moi... Puisque tu aimes la guerre tant que ça.
    Ma place en enfer m'ait réservée depuis que je suis devenu un pirate... Peut-être même avant. Il ne m'a jamais fait peur.
    Le seul déplaisir que ça me causerait serait la séparation d'avec ma Jane. Là où j'irais après ma seconde mort n'était pas un endroit pour elle.


_Le sang peut être pas, mais mon cœur oui, dis moi, depuis quand le tien ne bat plus ? Bestiole.

    Peu impressionné par cette pauvre remarque qu'il voulait mesquine, j'éclatai de rire. Mon coeur? Quel coeur? Avant de répondre à sa phrase, je l'écoutais jouir de m'avoir appeler Bestiole. Terme très bien choisi, avouons le, puisque je savais pertinemment que nous n'étions que des animaux pensants. Cela dit, je pensais pareil des humains. A l'exception que nous étions cent fois plus dangereux et efficaces que les mortels.

- Venant d'un pigeon, tu peux même m'appeler ver de terre que ça ne me toucherais pas. Répondis-je d'un air joyeux. Et en ce qui concerne mon coeur, tu serais surpris.


    Je lui fis alors un sourire en coin et grimpai agilement sur la branche d'arbre la plus proche. M'adossant nonchalamment au tronc, je lui fis un clin d'oeil. Qui était le ver de terre, maintenant?

- Et puis je ne vois pas de quel coeur veut parler un homme qui a renier son fils qui demandait juste à pouvoir aimer.


    Paf! Tapons où ça fait mal. Que crois-tu Yswan. Dans cette guerre, tous les coups sont permis... Et j'avais l'arme la plus dangereuse pour les pauvres hommes torturés comme toi.
    Je n'avais même pas envie de le tuer, tant je m'amusais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
F&A
Admin
avatar

Nombre de messages : 65
Localisation : Dans les airs
Date d'inscription : 03/12/2008

MessageSujet: Re: Entre ciel et mer... L'oiseau et le Pirate. ( Andréas & Ren )   Jeu 18 Déc - 20:58

La bête s'amuse, grimpant à l'arbre, puérile.
A croire que tous ces stupides vampires n'étaient que des joueurs.
Il s'amuse et moi je m'ennuie.
N'étais je pas bien lorsque j'étais tout seul ?
Si, bien sur que si, mais dans ce monde, nous n'étions jamais seul.
Et lui, me donnait l'impression d'être dans ma tête.
Leur capacités sont fondés, ce depuis longtemps.
Mais elles m'énervent, elles les rapprochent de notre espèce plus qu'autre chose.


- Et puis je ne vois pas de quel cœur veut parler un homme qui a renier son fils qui demandait juste à pouvoir aimer.

Elliot.
Voila donc le seul arguments qu'ils avaient tous.
Elliot nous avait trahis. De toutes les femmes du monde il fallait qu'il choisisse une morte.
Il savait ce que nous ressentions à l'égard des sangs froids.
Elliot n'était pas un vrai Yswan, il aurait du le savoir.
Il aurait du deviner que pour être avec elle il devrait mourir.
Nous nous battons pour que nos cœurs continuent de battre.
Et lui avait stoppé le sien de son plein grès, idiot.
Il n'était plus de ma famille, je me devais de le renier, peut importe les souffrances que ça m'infligerais.
C'était ainsi. Les règles sont posées, il faut les respecter.
C'était simple, ne t'approche pas d'eux, ils ont une attraction sur nous.
Mais non, il avait fallu qu'il désobéisse. Et de surplus qu'il tombe... Amoureux.
Les morts n'aiment pas.

M'envolant, je me retrouve à hauteur du Spellain.
Je ne veux pas qu'il pense avoir le dessus sur moi.
Je suis plus puissant, qu'importe est le don que tu possèdes.
Tu ne me fais pas peur l'animal.
Je te tuerais, si ce n'est pas aujourd'hui, nos routes se recroiseront, un jour.
Je le sais, et toi aussi, n'est ce pas vampire ?

_Ne parle pas de choses que tu ne connais pas.
Et puis tomber amoureux d'une morte ?
Tu es sérieux petite bêbête ?
Ne dit-on pas que mon fils est mort pour rien ?
La pétasse blonde ne veux même pas partager le même lit que lui...
Les morts n'aiment pas. Ils tuent, simplement.


Pas une vrai mort, s'entends, puisqu'ils ne savent pas comment faire.
Mais une mort quand même. Le cœur d'Elliot ne bat plus, à cause de ses gamineries.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andréas Spellain

avatar

Nombre de messages : 90
Date d'inscription : 30/10/2008

MessageSujet: Re: Entre ciel et mer... L'oiseau et le Pirate. ( Andréas & Ren )   Lun 29 Déc - 3:27

    L'oisillon s'énervait, j'étais content. Écouter ses pensées était réellement un plaisir. J'aimais mon pouvoir dans ses moments là, quand il me permettait de torturer, de frapper où ça faisait mal. Pirate ou vampire, peu importait, aujourd'hui, j'étais surtout télépathe.
    Pathétique, cette famille était tout bonnement pathétique. Ainsi, si un coeur ne bat pas, la personne est morte. Quel tapage pour un organe! C'était pourtant le cerveau qui avait les commandes, non?

    La mort est comme l'humanité, une affaire bien relative. Je n'étais vivant que depuis que j'avais rencontrer ma Jane, alors que j'étais déjà mort. Allez y comprendre quelque chose.
    Le Yswan et ses idées préconçues... Comment pouvait-on être aussi puissant et vieux tout en restant aussi fermé d'esprit? Même moi, l'égocentrique, trouvait parfois le temps de stopper la contemplation de mon nombril pour m'occuper de ce qui m'entourait.

    L'oiseau, s'envola. Je prenais presque ça pour une victoire. Non, en fait, c'en était définitivement une. Si je ne l'avais pas intéressé, il serait resté à sa place, ne m'accordant que de faible pensées. Mais non, j'avais réussi à le faire entrer dans mon jeu. Il me pensait à sa merci, mais il était clair que je menais la danse.
    Très bien, vraiment très bien. Parfait. Mon sourire s'agrandit.

    Je l'écoutais à peine penser ses menaces de mort. Il ne me tuerait pas, je verrais son coup venir en même temps qu'il penserait le donner. Même l'instinct parle. Et les meurtres de sang-froids ne se font jamais à l'instinct, j'avais assez d'expérience là dedans pour le savoir. Donc, non, Le Yswan ne me tuera pas.
    De toutes façons, je n'étais pas celui qu'il voulait. Salana était leur proie. Là encore, il ne savait pas à qui il voulait s'attaquer.

    Une famille est une famille, la notre restera unie. Il y aura toujours quelqu'un pour protéger quelqu'un d'autre. Et même si ses anciens frères lui manquait, Elliot avait accepter de tout perdre pour Salana. Quand on acceptait de quitter une famille par amour, c'était que l'on préférait cet amour à cette famille. Elliot protégera donc Salana jusqu'à la nuit des temps. CQFD.


_Ne parle pas de choses que tu ne connais pas.
Et puis tomber amoureux d'une morte ?
Tu es sérieux petite bêbête ?
Ne dit-on pas que mon fils est mort pour rien ?
La pétasse blonde ne veux même pas partager le même lit que lui...
Les morts n'aiment pas. Ils tuent, simplement.


    Oh! Une révélation! Écoutant à peine la réponse sans intérêt de l'animal, je m'écoutais plutôt avoir un raisonnement censé, chose dont il était manifestement incapable. Ce qui me donna une idée sur le pourquoi de sa stupidité.


- Dis? Le petit cerveau d'oiseau étroit d'esprit t'a-t-il été fourni avec les ailes?
Demandai-je en fronçant les sourcils en me penchant vers lui.


    Il était bien connu que les oiseaux était stupide. Pauvre Ren Yswan... Ils auraient mieux fait de le transformer en dauphin. Ou en singe tiens. Ah oui, ça, ça aurait été drôle.
    Soudain, me mouvant avec rapidité, je lui arrachai une plume, espérant qu'il en souffrirait.


- Un souvenir pour la pétasse blonde. Expliquai-je, le regard mauvais, en m'adossant à nouveau au tronc, toujours perché sur ma branche.

    Souriant toujours, je jouais désormais avec l'objet, écoutant ses pensées.



  • Tu me dis si je n'ai pas le droit de te l'arracher, hein? J'trouvais que ça serait amusant, mais tu veux peut-être pas.Je l'ai mis au cas où, tiens moi au courant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
F&A
Admin
avatar

Nombre de messages : 65
Localisation : Dans les airs
Date d'inscription : 03/12/2008

MessageSujet: Re: Entre ciel et mer... L'oiseau et le Pirate. ( Andréas & Ren )   Lun 29 Déc - 19:39

Comme je la hais cette bestiole.
Égale à celle de son espèce, elle est détestable, la folle bête.
Pourquoi tout les Spellain sont ainsi ?
Comprenez, stupides buveurs de sangs, que nous sommes les vainqueurs.
La guerre ne fais que commencer.
Le temps ne nous échappe pas. Vous finirez tous réellement mort.

- Dis? Le petit cerveau d'oiseau étroit d'esprit t'a-t-il été fourni avec les ailes?

J'esquisse un sourire, tu joues, je joue, qui va gagner cette partie ?
Il se rapproche de moi.
Trop près son odeur écorche mes narines. La mort est la pire des choses pour moi.
Et aujourd'hui elle se trouve devant moi. Horreur.
Qu'on m'empêche de respirer, la charogne m'enivre, il pue, le con.

Sa main passe devant moi dans une vitesse que je ne connais que de légende, ou bien de don de mes fils.
Une plume s'en va, il l'a tient en main, qu'il s'amuse, il n'en aura bientôt plus l'occasion.
La douleur est éphémère, elle ne m'arrache même pas un rictus.
J'ai connu pire.

- Un souvenir pour la pétasse blonde.

J'avais déjà oublié que je l'avais appelé comme ça.
Chez nous c'est son prénom. Qu'il aime leur Salana.
Nous tuerons la pétasse blonde.

Il s'accoude a l'arbre, souriant.
L'évidence est flagrante. L'homme, ou bien le mort, qui se trouve devant moi, lis ce que je pense.
Comme ça va être drole.
Comme je comprends enfin pourquoi j'avais l'impression qu'il me connaissait.
Lis jolie bêbête. Lis ce que tu veux.
Comme j'aimerais savoir laquelle est ta moitié.
Je l'imaginerais déjà morte rien que pour toi.
Plus de vie dans son corps de zombie.
Plus un souffle simulé. Elle mourra, bientôt, mais pour l'instant mon esprit la tue.
Quand deviendras-tu dingue ?
Attaque, une plume n'est rien, tu ne rêves pas de me déplumer ?
Essaie un peu pour voir ? Que je me moque de ton manque de talent.
Essaie de m'abattre, tu en rêves.
Tes espoirs sont vains, jamais vous ne saurez.
Mais il est vrai qu'une confrontation m'amuserait.
De quoi es tu capable suceur de sang ?
Montre à papa qu'il est vraiment le maitre.

Plus besoin de parler, tu m'entends.
Viens mon jolie, frappe comme tu en as envie.
Un duel, permet moi de te briser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andréas Spellain

avatar

Nombre de messages : 90
Date d'inscription : 30/10/2008

MessageSujet: Re: Entre ciel et mer... L'oiseau et le Pirate. ( Andréas & Ren )   Lun 5 Jan - 0:35

    J'étais déçu qu'il n'ait pas souffert. Ma foi, tant pis, je me rattraperais une prochaine fois.

    Et bien, finalement, l'oiseau n'était pas si bête que ça, il avait enfin comprit mon pouvoir sans même que j'ai eu besoin de discuter avec ses pensées.
    Félicitations. Ah! J'oubliai, te congratuler intérieurement ne servait à rien, tu ne les lisais pas toi, les pensées. Tant pis, je garderais pour moi l'admiration feinte que je te portais.

    Il se mit alors à imaginer qu'il tuait Jane. Enfin, il essayait, mais il était évident qu'il n'avait aucune idée de qui était ma chère et tendre. Pourtant, dans l'interprétation de ses pensées que faisait mon esprit, c'était bien Jane qui était allongée avant de partir en fumer, incinérer par l'oiseau stupide.

    J'avais beau savoir qu'il ne pouvait pas la toucher, ne sachant pas qui elle était, je fronçai tout de même les sourcils, dérangé - torturé, même - par cette vision qu'il m'avait forcer à avoir. Jamais ma Jane ne mourrait. Jamais. Je mettais trop d'énergie à tous les protéger pour que ce soit la personne la plus importante de mon existence qui meurt.

- Pour quelqu'un qui nous croit incapable d'aimer, tu as de drôles d'idées de tortures. Déclarai-je, méprisant.


    J'étais celui qui allait le torturer. Le contraire était impossible.
    Je regardais l'oiseau qui souriait, m'imaginant en train de perdre mon sang froid.
    C'était parfaitement possible, j'étais colérique. Mais il ne ferait rien à ma Jane. Il en serait incapable.
    Je n'avais pas besoin de savoir comment les tuer. J'étais un pirate avant d'être un vampire. Un tortionnaire.


- Tu ne sais même pas qui est celle qui partage ma vie. Alors que moi, je pourrais trouver et torturer Sybille tellement vite qu'elle ne me verrait même pas arriver. Susurrai-je, mesquin, à présent.


    Il le savait, je n'avais pas besoin de lui coller une image dans le crâne, moi. Mes menaces à moi étaient beaucoup plus plausibles que les siennes.
    Il jouait à un jeu dangereux. J'étais le pirate sans coeur, le vampire sans peur. Et lui, c'était un pauvre petit oiseau tombé du nid.
    On le disait puissant, mais j'étais le seul à savoir à quel point son esprit était pauvre. J'en étais presqu'aussi déçu que lorsqu'il n'avait pas réagi à l'arrachage de plume.

    Néanmoins, le jeu était drôle, je ne perdais pas mon temps. Quelle bonne idée j'avais eu de venir ici.
    Ren Yswan, jouet géant de ces animaux qu'il haïssait tant.
    Les temps changent, Yswan. Il aurait du nous tuer tant qu'il le pouvait, quelques siècles auparavant.
    Maintenant, nous étions les plus forts. Nous avions Elliot. Cela faisait 24 ans que la puissance était notre. Et eux qu'avaient-ils, excepté leur envie de revanche? Rien.

    Nous avions la même envie de venger quelqu'un. Nous, c'était notre père, que Sybille avait trahi.
    Mais nous, nous étions beaucoup plus cruels et sans peurs. Nous n'avions pas à craindre que notre coeur s'arrête de battre, nous.

    De retour avec mon oisillon, j'attendais qu'il attaque. N'avait-il pas imaginé une confrontation?
    Je lui souris. Et si la partie commençait maintenant? Les préliminaires n'avaient-elles pas assez duré?

    Frappe, j'esquiverai ton coup.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
F&A
Admin
avatar

Nombre de messages : 65
Localisation : Dans les airs
Date d'inscription : 03/12/2008

MessageSujet: Re: Entre ciel et mer... L'oiseau et le Pirate. ( Andréas & Ren )   Lun 5 Jan - 18:07

- Pour quelqu'un qui nous croit incapable d'aimer, tu as de drôles d'idées de tortures.

Je soupire, conscient que mon souffle à moi est bien réel.
Pas la peine de simuler, je ne suis pas mort, contrairement à la créature qui se tient devant moi.
Mon amusement s'estompe, ne lui avais je pas demandé d'attaquer ?
Qu'est ce qu'il attends bon sang ?
Sortir de tes gongs, c'est vrai que c'est assez plaisant pour moi.
Mais avoue bon sang que tu attends le moment de me frapper.
Alors vas-y, imbécile. C'est la première et la dernière fois que je t'offre une occasion du genre.
Profite charogne, je ne me plierais jamais plus à tes rêves refouler.
Tuer un Yswan. Et bien vas-y, puisque vous défendez vos terres.

- Tu ne sais même pas qui est celle qui partage ma vie. Alors que moi, je pourrais trouver et torturer Sybille tellement vite qu'elle ne me verrait même pas arriver.

Sybille ? MA Sybille ? Qu'il la ferme la bestiole.
Il devrait savoir qu'il ne la tuera jamais.
Pantin contre ma volonté, j'essaie de garder le contrôle de moi même.
Tuer ma belle Sybille, il ne sait pas ce qu'il imagine. Le pouvoir de ma belle est plus puissant qu'il ne peut l'imaginer.
N'est ce pas pour cela que leur très cher Orphée craignait ma douce ?
Je secoue la tête, conscient de l'énormité de ce qu'il venait de dire.

La douleur que provoquent mes griffes sortant ne m'atteins même plus.
Perdue dans la colère qu'il avait fait naitre en moi, je ne réfléchis plus.
Embué par toutes les horreurs que je pouvais lui faire subir, je souris.
Je gratte lentement mon visage, semblant de réflexion.
Que pourrais-je te faire d'abord ?
Ne plus penser, il entend tout.
Ou trop penser, il faut feinter.

A gauche ? A droite ? Et si d'abord je lui arrachais les cheveux ? J'en souris de plus belle.
Et si je m'attaquais à se torse qu'il se plait a dénuder ?
Joue gauche ? Une seule griffure, pour lui faire comprendre que j'ai le contrôle ?

Je ris un moment, je sais qu'il m'entend, et même s'il doit rire intérieurement.
Mon rire résonne dans cette foret où le vampire fait face à l'oiseau.
Où la souris va se faire manger. Je ris de plus belle. Dommage, que le feu ne soit pas à ma porté.
J'aurais pu le cramer de suite comme cela.
L'emmener à mes fils... Je déraille, je crois.
Moi qui voulais calmer ces derniers, j'en viens à penser à leur offrir un jouet.

Bon reprenons, à gauche ou bien à droite ?
Rapide ou lentement ?
Mordre son coup, ou lui arracher un bout de joue ?
Lui arracher un bras ou bien une jambe ?
Je souris de plus belle, tout en me rapprochant de lui.

_Tu aimerais peut être savoir par où je vais commencer ?

Je suis le chasseur. Et avant d'attaquer, pourquoi ne pas penser à une chose qui va te dégouter ?
Pour que tu ne saches pas ce que je vais faire, je vais me concentrer sur autre chose.
Sybille et moi. Hier soir. Tu nous crois incapable d'aimer ?
Vois comme j'aimais ma femme hier soir, voir comme elle s'est laissé aller dans mes bras.
Tu voulais la tuer, voit comme elle était bel et bien vivante dans mes draps.

Ma réflexion se stoppe au même moment où mes griffes arrachent un bout de sa joue.
Minime certes, mais sa peau glisse entre mes doigts, sécrasant sur le sol je regarde sa chute folle.
Peut être que sa repoussera, et que son visage redeviendra comme avant.
Je le plains pour ça, il est presque mieux à présent.
Cependant, il est vrai que le spectacle m'intrigue.

Agit maintenant, puisque l'aigle à attaqué le mulot.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andréas Spellain

avatar

Nombre de messages : 90
Date d'inscription : 30/10/2008

MessageSujet: Re: Entre ciel et mer... L'oiseau et le Pirate. ( Andréas & Ren )   Mar 6 Jan - 14:07

    Les pensées de l'oiseau étaient presque drôle à lire.
    Il ne me semblait pourtant pas avoir parler de tuer. J'avais bien utiliser le mot torturer, non?
    Je savais bien que l'oiseau était le seul à savoir comment il fallait s'y prendre. Et maintenant qu'il savait que je lisais dans les pensées, je n'avais plus aucune chance de lui prendre son secret. Il le garderait précieusement enfoui, il n'était pas si bête.

    Pourtant, il ferait tellement mieux de nous le dire. Nous connaissions dans notre famille des châtiments tellement pire que la mort.
    Nous pourrions t'enlever pour le plaisir tous tes enfants pour les ralliés à notre conditions.
    N'était-ce pas ce qu'ils craignaient le plus. Elliot ne s'en plaignait pas.
    Au fond, ils étaient beaucoup plus malheureux que nous, ces semblants d'humains. Nous au moins, nous savions ce que nous étions.

    Je souris, voila qu'il s'imaginait me faire souffrir de toutes les manières possibles. Il avait compris la faiblesse de mon pouvoir, ce que seul Sidonie avait été capable de découvrir jusqu'à maintenant.
    Alors que tous s'évertuer à ne plus penser, l'oiseau avait compris que ce qu'il fallait, au contraire, c'était me noyer dans son esprit. Si je n'avais pas une image à tenir, j'en grimacerais.

    L'oiseau n'était donc pas si bête, finalement. Au fond, c'était une bonne nouvelle, le jeu n'en serait que plus drôle. Ou du moins, plus dangereux.
    Je fus soudain stupéfait de ce que je voyais. Surpris et distrait., j'en oubliais de rester concentré sur notre confrontation, cherchant à ne plus avoir l'image dégoûtante de ses animaux.
    Nom d'un chien, il n'était pas pudique, une véritable bête. Et après, j'étais un animal? Est-ce que j'étalais mes exploits sexuels aux yeux de tous moi?
    Quelque chose me transperça alors la joue. Je grognai de douleur, lorsque je compris ce que l'affreux avait osé me faire.
    Voyant mon visage défiguré dans son esprit, une vague de colère m'envahit.

    L'oiseau voulait jouer, il n'avait aucune idée de qui il s'était attaqué.
    Je bondis, l'attrapant par les épaules. Dans l'élan, mon bond se transforma en saut périelleux et tandis que je le faisais passer au dessus de moi, je lui donnais la force nécessaire pour qu'il aille s"écraser contre l'arbre qui se trouvait en face de moi auparavant.
    Le végétal s'effondra sur lui tandis que j'atterrissais sur mes pieds. Le tout n'avait pris que la moitié dune seconde.
    Je ne respirais plus, puisqu'il se battait contre un mort.


- Tu ne comprends pas que la mort est loin d'être la pire chose qu'il peut t'arriver, Yswan? Demandai-je à l'oiseau alors que le libérais du tronc qui l'entravait.


    Le jeu n'était pas fini, je ne l'aurais gagné que lorsqu'il souffrira.


- T'en prendre à moi était bien bête. J'étais un pirate avant d'être un vampire. Tu as commis l'erreur que je voulais que tu commettes. Lançai-je ne m'éloignant rapidement.


    Lui tournant autour, apparaissant là où il s'y attendait le moins, j'attendais le meilleur moment pour ma prochaine attaque.
    La cible? La gorge.



- Tu comprendras quand j'aurais transformé toute ta famille en vampire. Déclarai-je en éclatant d'un rire sadique après avoir repris ma place sur ma branche d'arbre où je savais qu'il viendrait me chercher.


    J'avais le temps pour l'attaquer, finalement. L'éternité. Le torturer physiquement était presqu'inutile, mon arme serait la pensée.
    Néanmoins, avant qu'il ait fait le moindre de geste, je disparus de mon perchoir. Jouer ne voulait pas dire non plus lui faciliter la tache.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
F&A
Admin
avatar

Nombre de messages : 65
Localisation : Dans les airs
Date d'inscription : 03/12/2008

MessageSujet: Re: Entre ciel et mer... L'oiseau et le Pirate. ( Andréas & Ren )   Mar 6 Jan - 16:03

- Tu ne comprends pas que la mort est loin d'être la pire chose qu'il peut t'arriver, Yswan?

Sonné, je relève le regard devant l'immonde bestiole qui me faisait face.
Bon sang ce qu'il est con, le gosse.
Son acte n'avait servis strictement à rien.
La douleur n'existe plus, dans mon monde, essaie d'avoir des ailes qui poussent contre ton grès,
tu verras ce que c'est d'avoir mal.
Essaie d'avoir une vie brisée, tu verras où se trouve la vrai douleur. Débutant.
Un arbre n'est rien face à ce que j'ai enduré. Stupide bêbête inconsciente.

- T'en prendre à moi était bien bête. J'étais un pirate avant d'être un vampire. Tu as commis l'erreur que je voulais que tu commettes.

Un pirate tu dis ? C'est bien ce que je pensais, tu n'as rien à faire ici.
Retourne sur l'eau, idiot, puisque tu as l'air de tant aimer cette chose.
Si tu en parles encore, c'est que l'air marin doit te manquer.
Est ce vraiment une raison, aimer, pour quitter la vie que tu chérissais tant ?
Tu ne comprends donc rien, comme tout les Spellain.

- Tu comprendras quand j'aurais transformé toute ta famille en vampire.

Ma famille en vampire ? Laisse moi rire s'il te plait.
Aucun des miens ne refera l'erreur qu'Elliot a osé faire.
Une trahison de la sorte n'était pas permise.
Et il le savait en plus, le gosse que j'aimais comme, si ce n'est plus, que les autres.
Nous nous devions d'être éloigné d'eux, les vampires, et pourtant...
J'ai accepté, qu'un semblant d'amitié naisse entre nos deux camps, après tout, rien de grave ne pouvait arriver.
Seule Sybille avait compris, j'aurais dû l'écouter plus tot, ma douce.
L'erreur venait de moi, j'en conçois.

Et la charogne ose me remettre cette histoire en plein visage.
Plus qu'une griffure, il fallait que je le brule.
La guerre est donc vraiment déclarée.
Pourtant je voulais les retenir, empêcher mes fils d'agir, mais j'ai commencé.

Je le regarde, sa joue reprends forme a vitesse limité.
Ils ne sont pas plus fort que nous, ce spectacle me le confirme.
Je soupire, puisque moi je peux respirer.
Je me lève, ne le cherche même pas du regard, à quoi bon choisir d'être la proie.
N'échange pas les rôles, c'est moi le chasseur. Petit pantin.

_Retourne chez toi, gamin. lançais je tout haut.

Aime ta femme encore une nuit. Demain, je te tuerais.
Vampire ou pirate peut importe ce que tu es.
Il parait que vous avez besoin d'aimer.
Alors aime la une dernière fois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andréas Spellain

avatar

Nombre de messages : 90
Date d'inscription : 30/10/2008

MessageSujet: Re: Entre ciel et mer... L'oiseau et le Pirate. ( Andréas & Ren )   Dim 22 Fév - 12:51

    Et bien soit, la guerre était déclarée. Le jeu était terminé.
    Plus de retenue, plus de pitié. Le pantin, comme il se plaisait à l'imaginer, venait de pousser la seul personne qui pouvait faire avancer ce conflit à déclarer la guerre. Qu'il m'appelle pantin, après m'avoir prouvé que j'avais un ascendant sur lui.

    Ridicule oisillon.

    Il ne pouvait être le chasseur. Les moineaux ne chassent pas les prédateurs.
    Même s'il n'était pas humain, il restait une proie parmi les autres. Une proie que je transformerais et détruirais, ou une proie à qui j'arracherais le secret. Mais une proie bientôt morte, c'était sûr.


_Retourne chez toi, gamin.

    Je ris à gorge déployée tandis qu'il promettait silencieusement de me tuer. Il ne pouvait rien contre moi. Et puisqu'il se pensait incapable de souffrir, j'allais lui montrer sur le champ de bataille ce que j'étais capable de faire.
    Il allait comprendre, l'oisillon qu'il défiait le mauvais Spellain. Il le comprendrait avant de mourir, le fou volant. Une griffure n'était rien, face à ce dont j'étais capable. Aujourd'hui n'était qu'un jeu.

    Au moment voulu, je serais son maître, à l'apprenti Geppeto.
    Il croyait me manipuler, mais personne ne connaissait mieux que moi l'art de la manipulation, en dehors de Sidonie et Abygail.
    Qu'il redescende sur Terre l'oisillon, les nuages lui étaient montés à la tête, il ne savait pas de quoi il parlait. Je m'arrêtais tout près de lui, de sorte de faire passer le message plus facilement. De plus, je profitais du fait qu'il ne supportait pas mon odeur. Un avant-goût de la tienne dans quelques temps, tu sais? Je pris mon air le plus menaçant et vrillai son regard.


- Ce n'est qu'une question de temps avant qu'Elliot ou moi ne découvrions ton secret, tu sais? D'ailleurs, tu finiras par espérer que nous l'apprenions, car en attendant, la prochaine fois que nous nous verrons, ce que tu vivras sera bien pire que l'Enfer. N'oublie jamais : Je suis un vampire, un pirate et un télépathe. Je saurais comment te faire souffrir. La poussée de tes ailes te paraitra dérisoire, à côté de ça. Lui promis-je avant de faire demi-tour et de lui faire un signe de main en partant.


    Ce n'était pas la peine que je m'escrime à lui arracher sa pensée aujourd'hui. J'allais de voir le prendre par surprise. J'avais parlé d'Elliot, mais je n'étais pas sûr que l'ancien Yswan ait le cran pour ça. Il écoutait leurs rêves tous les soirs, l'enfant. L'insouciant était toujours attaché à cette famille. Saurait-il faire le bon choix au bon moment? La guerre était déclarée, maintenant. Quel camps choisirait-il?

    Celui de Salana, sûrement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Entre ciel et mer... L'oiseau et le Pirate. ( Andréas & Ren )   

Revenir en haut Aller en bas
 
Entre ciel et mer... L'oiseau et le Pirate. ( Andréas & Ren )
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Entre Ciel et Terre [pv Nuage d'Or et Nuage Enneigé]
» A mi-chemin entre Ciel & Terre [ Pv Pépé ] [TERMINE]
» je regarde le sol, et toi le ciel . Lux
» D'or était fait sa cage et entre les barreaux de sa prison, l'oiseau se faufila -J.White
» la frontière entre l'amour et la haine est aussi fine que celle entre la terre et le ciel — femme de femme only ♥

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forever&Always :: |- Blop -| :: |- Archives Forever and Always version un -|-
Sauter vers: